Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 14:03
Suite aux catastrophes climatiques, lettre à Christian Estrosi

Lyon, le fin octobre 2015 (reportée plusieurs fois, causes nombreuses)


Monsieur le député, maire, président de métropole,

Christian Estrosi,


Vous avez été confronté comme élu métropolitain à des dévastations NON PREVUES dans votre région. Ces phénomènes non prévus ne sont pas nouveaux même à l’échelle de nos territoires nationaux: Xynthia (cf. le procès en appel ces jours-ci), tempêtes 1999, Nîmes, crash des vols Rio Paris ou Air Algérie, tornades, cyclones, ... il y en a tant.

Je vous écris suite à une décision du Laboratoire Pluridisciplinaire Giordano Bruno, une µ-structure de recherche associative (http://labo-giordano-bruno.over-blog.org/ ) avec Simone Melbi (spécialiste de l’eau qui vous a déjà rencontré) et Yves Pomel de Haute Savoie (inventeur, spécialiste de l’alimentation écologique, motard, sports aériens). La finalité est la recherche indépendante (dans le domaine des risques naturels ou anthropiques, les pollutions, les polémiques du « réchauffement climatique », la géostratégie énergétique - - - ).

Ce laboratoire a été créé à défaut de mieux depuis les tentatives de faire disparaître tout le corpus disciplinaire du climatologue le professeur Marcel Leroux (+2008), classé "climato-sceptique" par la vindicte et les manipulations obscures des tenants de la pensée dominante dite du « réchauffement climatique ». Pourtant des scientifiques reconnus et patentés, qui refusent les certitudes autoproclamées diffusées médiatiquement et dans nos académies et leurs aspects interprétés avec force de détournements de causalités, il y en a beaucoup ( http://www.wikiberal.org/wiki/Liste_de_scientifiques_sceptiques_sur_le_r%C3%A9chauffement_climatique).

Nous sommes nombreux à travailler SCIENTIFIQUEMENT (et même bénévolement) sur ces questions, à des niveaux différents et sur des objets de recherches distincts, mais nous avons peu d'échos car nous sommes toujours bloqués, au mieux, discrédités et l'objet d'anathèmes ("négationnistes", "révisionnistes", "incompétents", "non climatologues", "non membre de l'université ou du CNRS"...). C’est sûr que les motivations et convictions pour travailler sans moyens doivent nous être supérieures à l’esprit carriériste.

Pourtant les faits sont là: il y a bien des prévisions, mais elles ne sont pas à la hauteur des faits! Et du DANGER. Ce qu'on entend lors des "argumentaires" sur les plateaux de télés et radios nous irritent, tellement ces arguties sont de mauvaise foi. Ils trahissent une profonde méconnaissance de certains phénomènes atmosphériques pourtant démontrés depuis longtemps. Par exemple par les étudiants du Pr Marcel Leroux ou plus anciennement par les praticiens que sont les marins ou les aviateurs. Quand la « communauté mondiale » publie avant la conférence COP21 des « prévisions » de millions de « victimes climatiques», il serait opportun de prendre en compte et de faciliter le travail de ceux qui pourraient éclaircir certains points cruciaux. Le financement (et le progrès) de la science n’est pas que pour les machines à modéliser ou captiver une « communauté » autour de thématiques entendues.

Comme parlementaire et relai dans plusieurs mouvements d’opinion, vous pourriez aussi agir à faire entendre un autre son de cloche que de la seule chapelle qui reste, les autres ayant été brûlées ! Mais leurs décombres montrent qu’il y a une tyrannie, qui se médiatise avec les oripeaux de la science, mais les moyens des lobbys, états ou industries, qui doivent toujours rester au « service » d’une économie mais qui nous font une guerre avec les armes de la propagande. Pareille à la tyrannie qui exécute les enfants, les femmes, les opposants, et même tout le monde là où nous avons rechigné à ne pas exercé notre influence sinon civilisatrice, conforme à la responsabilité historique, même pas au moins diplomatique (Mis à part d’exceptionnelles visites à Moscou ou jadis pour la l’Abkhazie.) , voire trop tardivement armée, par la déconfiture de nos institutions onusiennes ou européennes qui doivent se réformer.

En matière météorologique, il en est de même ! Il y a un diktat qui passe par les contributeurs des agences (OMM, GIEC, AIEA, CNRS, ADS, MF, …). Souvent, ils se targuent de parler au nom de « la communauté scientifique », mais si c’était le cas, ils parleraient en écoutant les arguments des contradicteurs, c’est ainsi que la science a avancé depuis le néolithique. On se croirait sous l’Inquisition où le bûcher fait des braises ardentes pour éliminer les « hérétiques » à leur dogme comme une nouvelle « peste brune ».

Il n’est pas possible ici de développer les points de désaccord : la circulation atmosphérique, les facteurs du climat, le rôle des gaz à effet de serre, les indicateurs de pollution, les approximations des modèles ---

Dans un article qui a fait beaucoup de bruit dans les milieux de la climatologie et qui a passé les comités de lecture malgré habituellement une omerta sur ces sujets: les modèles climatiques et météorologiques ne sont pas fiables, en particulier pour les événements exceptionnels. Je vous le signale : La surprise des écarts de prévision des extrêmes météo-climatiques (en lien sur le blog ). Mais il y en a tant d’enterrés…

Depuis 2009, de nombreux cas se sont multipliés mais n’ai pas eu la disponibilité nécessaire pour faire cette actualisation. Néanmoins, je pense que vu ce que les habitants de la Côte d’Azur ont vécu en octobre, vous pourrez ainsi leur répondre qu’il y a des axes de recherches encore à explorer et qu’il faut prendre du recul sur les « explications » à enjeux de ceux qui ne sacrifient pourtant rien de leur vie pour exercer leur talent de manipulateurs. Quand un de leur journaliste publie un livre (partiellement) critique, ils le « virent » et le mettent « sous conditions ». Je vous laisse libre de tirer une liste… de ces néo-Torquemada.

Un Etat devrait faire le tri et orienter SA science vers l’intérêt commun. Un maire devrait se soucier de ses habitants, quoi qu’il en coûte quand la « science officielle » ne fait plus son boulot ! On a vu par le passé des exemples de sciences d’état en URSS, en Allemagne, en GB, aux USA, en Australie, en France justifiant des politiques devenues honteuses aujourd’hui (esclavagisme, hygiénisme, racisme, indigénisme…). Que dira-t-on dans 50 ans à nos petits – enfants quand ils nous poseront des questions sur le mouvement hystérique du « développement durable », de « l’écologie politique » et de leurs conséquences en termes de guerre pour le pétrole ou de guerres aux frontières pour échapper aux « réchauffement du climat » ?

Il y a en France, même près de Nice à Sophia Antipolis, des chercheurs qui se taisent pour ne pas avoir des problèmes. Mais organisez un colloque national dans votre région et confiez-nous avec quelques autres la « distribution » des intervenants que nous choisirons pluralistes et où il y aura un VRAI débat. Nous verrons bien s’ils ont le courage d’affronter les arguments scientifiques qu’ils balayent habituellement d’un coup de mitraillette verbale ou d’un trait de plume quand ils signent les crédits et les accréditations.

Monsieur le député-maire-président Christian Estrosi, avec toutes nos meilleures salutations.


Nicolas Sègerie,
Pour le Laboratoire Pluridisciplinaire Giordano Bruno,
pour l'indépendance des sciences. Et en général, nos concitoyens.
labo-giordano-bruno@orange.fr
Lettre qui sera publiée sur le blog du micro-laboratoire.
http://labo-giordano-bruno.over-blog.org/
https://www.facebook.com/labogiordano.bruno?fref=ts

Plan de Prévention des Risques inondation Côte d'Azur

Plan de Prévention des Risques inondation Côte d'Azur

Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Laboratoire Pluridisciplinaire Giordano Bruno
commenter cet article

commentaires

Présentation Du Laboratoire

  • : Laboratoire Pluridisciplinaire Giordano Bruno (édition de Nicolas Sègerie)
  • Laboratoire Pluridisciplinaire Giordano Bruno (édition de Nicolas Sègerie)
  • : Un laboratoire scientifique indépendant dont les axes de recherches concernent:les polémiques du "réchauffement climatique";Les climatosceptiques;la théorie des Anticyclones Mobiles Polaires;les risques liés à la pollution atmosphériques; d'autres risques géophysiques et anthropiques...Son siège est à Lyon en France.
  • Contact

  • Laboratoire Pluridisciplinaire Giordano Bruno
  • Cette structure de recherche et de documentation scientifique est de forme associative.
Sa vocation est la compréhension et la diffusion de thèmes de recherches qui ne peuvent se développer dans les contextes défavorables sous influences de lobbys.
  • Cette structure de recherche et de documentation scientifique est de forme associative. Sa vocation est la compréhension et la diffusion de thèmes de recherches qui ne peuvent se développer dans les contextes défavorables sous influences de lobbys.

Liste D'articles

Liens