Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 13:51

 

Alors que l'on annonce la condamnation de scientifiques italiens autour de la catastrophe d'Aquila en avril 2009 et que de nombreux mouvements attisent la peur autour du calendrier Maya, mouvements dont certains pourraient bien se révéler à dérives sectaires, il est urgent de faire un point de recul sur le rôle des sciences dans la société et de comprendre comment finalement les "sectes" utilisent ses failles pour "pénétrer les consciences" et percoler à tous les étages de la vie publique.

 

Déjà la question du "réchauffement climatique" appelle une telle analyse car les faits scientifiques ne démontrent pas la réalité objective qui justifierait cette phobie climatique présente dans chaques instant par la télévision, les prgramme de l'éducation nationale, ou les discours de nos "responsables" politiques les plus en vue.

 

En rapport à un texte publié il y a plus de deux ans sur le blog du Réseau Colin Bagnard pour lequel il y a eu beaucoup de réactions et de pressions pour faire disparaître cette page, sans doute cela touche-t-il des points néfralgiques de notre démocratie. Tout mouvement caché appelle la méfiance.

(http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org/article-les-sectes-aussi-detruisent-les-familles--29225059.html)

 

Il se trouve que certains aspects de catastrophes existent néanmoins. L'étude des risques montrent au delà des poncifs qu'ils existent bel et bien en particulier venus des questions liées à l'astronomie.

 

Ainsi sur d'autres pages de ce blog, je démontre qu'il est possible de prévoir dans une certaine mesure les séismes et certains activités volcaniques. (exemple le séisme d'hier au Costa Rica de magnitude 6,6 prévu en début octobre pour sa zone et son intensité et sa chronologie). Et cela ne va pas s'arranger car deux autres périodes à risques sont prévisible pour mi-novembre et mi décembre dans d'autres lieux.

(http://labo-giordano-bruno.over-blog.org/article-prevision-de-seisme-mi-octobre-2012-isthme-americain-peninsule-indienne-111031975.html)

 

Il est donc difficile de faire la part entre des nostradameries et des faits à bases purement scientifiques (comme c'est le cas pour mes recherches, non publiées pour cause de protection légitime malgré le fait qu'elles devraient mieux permettre de participer à la prévention si il n'y avait pas d'ironie). Une prise en compte de certaines recherches scientifiques non labélisées par l'académisme et le système universitaire pourrait permettre plus d'efficacité pour contre carrer les dérives sectaires et médiatiques.

 

La communication scientifique n'est pas des plus transparente quand il s'agit des risques (météorites, séismes, volcanismes, climatiques, éruptions solaires, pollution atmosphérique, nucléaires, technologiques...), polluée par des enjeux sociétaux à dominante économique ou énergétique.

 

Certainement que la question des assurances est aussi un facteur bloquant: peut-on publier des informations de prévention au risque de se tromper ou au contraire  d'être reconnu responsable en cas d'erreur comme ces scientifiques italiens au sujet du séisme d'Aquila en 2009. Dans le passé, il existait déjà des "prévisionnistes" qui eurent réussi, mais objets de railleries de la pseudo"communauté scientifique". Globalement, le système assurantiel fait payer par des primes le risque perçu; la connaissance d'un risque réel plus grave serait engager un risque sur son bénéfice; la reconnaissance d'un risque surévalué, comme c'est trop souvent le cas, de sa malhonnèteté. Le rôle des sur-assurances et de l'état pour couvrir le risque des assurances par le biais des "déclarations de catastrophes naturelles" est un non sens contractuel et rationnel.

 

La question des sectes est donc intimement liée à la question des sciences et leur prise en compte réelle par la société.

 



Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Laboratoire Pluridisciplinaire Giordano Bruno - dans Sectes
commenter cet article

commentaires

Présentation Du Laboratoire

  • : Laboratoire Pluridisciplinaire Giordano Bruno (édition de Nicolas Sègerie)
  • Laboratoire Pluridisciplinaire Giordano Bruno (édition de Nicolas Sègerie)
  • : Un laboratoire scientifique indépendant dont les axes de recherches concernent:les polémiques du "réchauffement climatique";Les climatosceptiques;la théorie des Anticyclones Mobiles Polaires;les risques liés à la pollution atmosphériques; d'autres risques géophysiques et anthropiques...Son siège est à Lyon en France.
  • Contact

  • Laboratoire Pluridisciplinaire Giordano Bruno
  • Cette structure de recherche et de documentation scientifique est de forme associative.
Sa vocation est la compréhension et la diffusion de thèmes de recherches qui ne peuvent se développer dans les contextes défavorables sous influences de lobbys.
  • Cette structure de recherche et de documentation scientifique est de forme associative. Sa vocation est la compréhension et la diffusion de thèmes de recherches qui ne peuvent se développer dans les contextes défavorables sous influences de lobbys.

Liste D'articles

Liens