Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 14:38

Alors que depuis des jours, les personnes, et pas seulement les "personnes sensibles", sont touchées par un mal étrange... vomissements, maux de tête, irritations, ... nous sommes bien obligés de nous rendre compte que devant l'importance du phénomène de pollution hivernale, qui est souvent sous estimé, ne touche pas que "les personnes sensibles", il faut bien admettre qu'il faille aujourd'hui le traiter médiatiquement et politiquement puisque rien n'a suffit pour empêcher le dépassement du niveau prévu par la législation (seuil d'information obligatoire et d'alertes préfectorales): MAXIMAL et PARTOUT!

 

ANALYSE [en noir, l'article originel; en bleu et entre crochet par rapport à l'article d'origine du Progrès de Lyon publié le 11/12/2013] à partir de la source: http://www.leprogres.fr/actualite/2013/12/11/la-pollution-s-intensifie-en-rhone-alpes

 

 

Santé. La pollution s’intensifie en Rhône-Alpes

 

Un épisode de forte pollution aux particules touchait mercredi plusieurs régions françaises, dont l’Ile-de-France et une grande partie du Sud-Est, avec «un accroissement important des concentrations» et une généralisation prévue sur le territoire, indique le ministère de l’Ecologie.

 

Le niveau d’alerte le plus élevé à la pollution aux PM 10 (particules au diamètre inférieur à 10 microns) était déclenché en Ile-de-France et Rhône-Alpes, ainsi que dans les Bouches-du Rhône, le Vaucluse, l’agglomération de Lourdes, l’Oise, et localement en Haute-Normandie et en Alsace, selon les organismes régionaux chargés de la qualité de l’air.


Outre le niveau d’alerte, déclenché à partir d’une concentration de 80 microgrammes de particules par mètre cube d’air, le niveau d’information (à partir de 50 microgrammes) était dépassé dans de nombreuses autres régions. [nous devrions alors avoir une carte nationale des zones concernées, et être alerté depuis déjà plusieurs jours puisque les "organismes" ont publié des avis d'alerte depuis le 5 décembre]


«Cet épisode de pollution tend à se généraliser sur le territoire et évolue actuellement vers un accroissement important des concentrations observées et prévues dans certaines régions», indique le ministère dans un communiqué.


Cette pollution «devrait perdurer encore plusieurs jours sous l’effet des conditions anticycloniques et des températures basses» [Comme si sur le plan climatique le froid était indépendant des conditions anticycloniques ; phrase qui ne se justifie pas], poursuit-il, indiquant que les concentrations de PM 10 devraient ensuite baisser grâce à une légère dégradation météorologique attendue à partir de vendredi après-midi.[par conséquent, le principal facteur de pollution atmosphérique désigné est : la METEO ! Le concept de « beau temps » est donc à inverser]


Jeudi, «la pollution continuera d’affecter avec des niveaux de particules élevés à très élevés les régions Alsace, Auvergne, Centre, Champagne-Ardenne, France-Comté, Haute-Normandie, Ile-de-France, Languedoc-Roussillon, Lorraine, Nord-Pas-de-Calais et Picardie», annonce le ministère. [Ce que l’on attend d’un ministère, c’est l’action du gouvernement visant la baisse de la pollution, pas des commentaires et des prévisions]


Dans les régions concernées, «il est demandé notamment de ne pas utiliser les cheminées à bois» [comme si la combustion au bois était LE PROBLEME de la pollution dans les agglomérations dont on fait mine d’éviter la question de la concentration « urbaine » ; les « charbonniers » sont désignés de fait comme pollueurs, c'est-à-dire le secteur de l’énergie producteur de charbon],

 

«de limiter l’usage des véhicules automobiles, notamment les véhicules diesel non équipés de filtres à particules» [pour une fois que l’on signale les moteurs diesel premiers émetteurs de particules, et pas seulement en dessous de 10 µm, il faut qu’ils soient conditionné à un appareillage dont toute les études montrent qu’ils sont in opérationnels dès les premières années d’utilisation et toujours à chaque utilisation sans rentabilité tant que le moteur n’est pas assez chaud ; de là à faire la promotion des véhicules diesel (et de leurs constructeurs spécifiques) comportant des filtres à particules, c’est carrément une inversion par rapport à la connaissance du dossier sanitaire du diesel cancérigène],

 

«de réduire les vitesses» [comme si l’émission de pollution était liée à la vitesse alors que la rentabilité des moteurs essence ou diesel est liée à la courbe d’efficacité du moteur qui admet un pic pour chaque « rapport de vitesse » qui n’est évidemment pas pour les faibles vitesses ! La politique d'acharnement sur la vitesse n'est pas justifiée au plan de la mécanique automobile!]

 

ou encore «de respecter l’interdiction de brûlage de déchets verts» [comme si les travaux de jardinage étaient facetrus de pollution particulièrement en hiver ! C'est plutôt une pique envoyée aux secteurs agricole comme l'étét pour les pics d'ozone], rappelle-t-il
Mais les dispositions, décidées par les préfectures, varient d’une région à une autre.[alors qu'il n'y a qu'une loir, la loi sur l'air qui s 'applique selon les "conditions locales" mais économiques].

 

Les épisodes de pollution aux PM10, poussières de compositions diverses, sont fréquents en hiver, avec l’augmentation des émissions liées au chauffage, principalement à bois mais aussi au fioul, et de conditions météorologiques souvent défavorables à la dispersion des polluants.


Ils sont également favorisés par un phénomène dit d’"inversion de température» [pour propager la confusion, on préfère parler d’ « inversion de température » alors qu’il s’agit d’une « inversion du gradient de température en fonction de l’altitude »]. En situation normale, la température de l’air diminue avec l’altitude et l’air chaud contenant les polluants tend à s’élever naturellement. En situation d’inversion de température, avec le sol qui se refroidit notamment pendant la nuit en hiver, les polluants se trouvent piégés sous un effet de «couvercle» d’air chaud.[pour une fois, le concept a été décrit par le journaliste qui a dû poser la question pour répondre aux questions générées par la ritournelle habituelle.]

 


couche-d-nversion-de-gradient-de-temperature.gif [Illustration pédagogique prise ailleurs que dans le quotidien

avec courbe liant la température en abscisse et  l'altitude en ordonnée]

[issue de http://apollo.lsc.vsc.edu/classes/met130/notes/chapter18/graphics/inversion_trap.gif]


Générées par l’industrie, le chauffage et le transport (diesel), les particules peuvent provoquer de l’asthme, des allergies, des maladies respiratoires ou cardiovasculaires. Les plus fines d’entre elles (moins de 2,5 microns), qui pénètrent dans les ramifications les plus profondes des voies respiratoires et le sang, ont été classées «cancérogènes certains» par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). [Là contrairement à l’habitude, la question de l’émission est plus pluraliste en désignant aussi l’industrie et le chauffage en plus de l’habituel « transport », mais il n’y a rien qui laisse supposer que ces particules les plus fines sont produites justement par les moteurs diesel après les travaux de recherche pour diminuer la taille des particules pour échapper aux normes européennes visant les constructeurs automobiles mais dont l’effet est contreproductif par rapport à la santé]

 

D'autres analyses avec des vecteurs médiatiques variés devraient vous être présentés prochainement ... (n'oubliez pas de documenter la newsletter)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Laboratoire Pluridisciplinaire Giordano Bruno - dans Pollution atmosphérique
commenter cet article

commentaires

Présentation Du Laboratoire

  • : Laboratoire Pluridisciplinaire Giordano Bruno (édition de Nicolas Sègerie)
  • Laboratoire Pluridisciplinaire Giordano Bruno (édition de Nicolas Sègerie)
  • : Un laboratoire scientifique indépendant dont les axes de recherches concernent:les polémiques du "réchauffement climatique";Les climatosceptiques;la théorie des Anticyclones Mobiles Polaires;les risques liés à la pollution atmosphériques; d'autres risques géophysiques et anthropiques...Son siège est à Lyon en France.
  • Contact

  • Laboratoire Pluridisciplinaire Giordano Bruno
  • Cette structure de recherche et de documentation scientifique est de forme associative.
Sa vocation est la compréhension et la diffusion de thèmes de recherches qui ne peuvent se développer dans les contextes défavorables sous influences de lobbys.
  • Cette structure de recherche et de documentation scientifique est de forme associative. Sa vocation est la compréhension et la diffusion de thèmes de recherches qui ne peuvent se développer dans les contextes défavorables sous influences de lobbys.

Liste D'articles

Liens